Une émouvante remise de chèque s’est déroulée vendredi 2 février au collège Gustave-Doré de Hochfelden, en présence d’une quarantaine d’élèves de 5e et 4e , réunis autour de leur professeur d’anglais Polly Stotz, à l’origine du projet.

Des élèves « marchands de glace » ont remis leur don au père Ledogar. PHOTO DNA

En effet, dans le cadre du projet d’établissement qui prévoit au courant de chaque année scolaire plusieurs opérations destinées au financement de voyages et autres activités, celle organisée en juin doit être un geste de solidarité en faveur d’une œuvre caritative.

Dans ce but, une vente de glaces a eu lieu lors de la récréation de l’après-midi durant 3 semaines en juin 2017. Vu la canicule, l’organisation pour laquelle Mme  Stotz a eu le soutien logistique de quelques collègues a demandé un réel investissement physique de la part des élèves et de leurs encadrants.


« Nourri uniquement par perfusion la nuit, je ne connais pas le kebab, le MacDo, les gâteaux, le coca »
Le choix du bénéficiaire de l’opération pour deux années consécutives s’est porté cette fois sur l’association « Semeurs d’étoiles » du père Denis Ledogar qui œuvre depuis 25 ans dans le but d’améliorer le quotidien des enfants hospitalisés que la maladie tient éloignés de leurs familles.

Le père Ledogar a été accueilli sous les applaudissements pour la remise officielle du bénéfice d’un montant de 1 003,08 € en présence de Paul et Elfie Muser et Anne Faust, bénévoles au sein de la dynamique association.

« Des collégiens “Semeurs d’étoiles “, cela ne s’est jamais vu », a-t-il souligné, tout en remerciant chaleureusement tous ces jeunes pour leur engagement et leur geste exceptionnel. Il s’est prêté de bon cœur à un petit échange questions-réponses relatives à l’association : origine du nom, fonctionnement ou encore la destination des dons.

« Ces sous entreront certainement dans la cagnotte destinée à l’acquisition d’Oscar, petit robot qui viendra rassurer les enfants avant une prise de sang ou tout autre examen qui les angoisse », explique le père Ledogar. Celui-ci a en outre eu la joie de rencontrer parmi les présents un de ses protégés, Baptiste Plançon, actuellement en 3e , qui, entre la vie et la mort à plusieurs reprises après sa naissance, a passé les 7 premiers mois de sa vie à l’hôpital de Strasbourg-Hautepierre où il doit encore être suivi régulièrement.

Les larmes aux yeux

Par un témoignage poignant, ce dernier a parlé spontanément de son handicap résultant d’une varicelle congénitale. Il a mis l’accent sur le bonheur d’avoir pu connaître les « Semeurs d’étoiles » dont les bénévoles rendent acceptable leur sort aux petits malades.

Malgré les contraintes, les interdits liés à ses graves ennuis de santé il se dit épanoui, heureux de vivre, d’aller en classe grâce à une auxiliaire de vie. « Nourri uniquement par perfusion la nuit, je ne connais pas le kebab, le MacDo, les gâteaux, le coca », dit-il, en ajoutant : « Ne vous plaignez pas pour un petit bobo, n’ayez pas peur d’aller vers l’autre, différent de vous ».
Nombreux étaient les élèves qui, les larmes aux yeux, étaient en admiration devant le courage de Baptiste. Café-gâteaux ont clos cette sympathique réception.

Source DNA du 13 février 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation