Blog

Actions de soutien

Les actions de soutien

Depuis le début de cette année 2011, l’association est sollicitée dans le cadre de plusieurs projets importants tels que :
• la réfection d’un lieu d’accueil pour les adolescents à l’hôpital de Haguenau, 8000 €
• l’achat de paravents pour le service d’hémato-oncologie, 5100 €
• dispositif d’oxymétrie (NIRS), offert par l’association « Semeurs d’Etoiles » au service de REANIMATION MEDICO-CHIRURGICALE PEDIATRIQUE SPECIALISEE pour le prix de 8300 €

Il s’agit de capteurs bandelettes qui se collent sur le front de l’enfant et permettent ainsi d’éviter de « piquer » les enfants. La lumière de longueur(s) d’onde(s) du proche infrarouge est envoyée, puis le « signal-retour »  est analysé et affiché sous forme numérique et graphique. Les capteurs sont à usage unique.

En chirurgie cardiaque, neurologie et soins intensifs pédiatriques et néonatologiques, cette technologie est de plus en plus utilisée pour surveiller le débit cardiaque et détecter la diminution de l’apport sanguin, au niveau d’une zone plus ou moins étendue d’un tissu ou d’un organe notamment du cerveau, pendant et après l’opération.

Cette technique est souvent utilisée chez les prématurés et les nouveau-nés car ils ont un risque supérieur d’apnée dû à des facteurs tels que l’immaturité du cerveau, l’hémorragie intra-ventriculaire…
L’Assemblée Générale de Juin 2011 a été l’occasion pour des assistantes sociales du CHU de Hautepierre d’exprimer le support  de l’association dans leur travail au quotidien
Suite à notre intervention lors de votre Assemblée Générale , je me permets de vous faire part une nouvelle fois, des actions que les Semeurs d’Etoiles nous permettent de réaliser tout au long de l’année , au sein des hôpitaux, et tout particulièrement au sein de la pédiatrie .

Je suis régulièrement amenée à vous solliciter étant confrontée à des situations particulièrement difficiles, liées au fait que nous accueillons des enfants de tout le grand est , très gravement malades .

C’est pour permettre aux parents d’être tout simplement auprès de leur enfant que nous sommes amenés à faire appel à vous le plus souvent ( frais d’essence , frais d’hébergement à la maison des parents …)

Votre association nous permet également de concrétiser  des rêves , des projets ( financement de cours de danse pour Margaux , 17 ans , en soins palliatifs , participation à l’acquisition d’un ordinateur pour un ado hospitalisé en isolement , permettre à une famille séparée depuis plusieurs mois du fait de la maladie de se retrouver , …)

Les aides que nous pouvons donner aux familles , grâce à vous et la disponibilité du Père Denis et de ses collaborateurs,  sont une plu value pour nos petits malades et leur familles  et contribuent incontestablement à adoucir les hospitalisations .

Sincèrement merci , au nom des enfants, des familles , des équipes soignantes et de mes collèges …

SV
Assistante sociale au service d’onco-hématologie pédiatrique

L’association soutient financièrement à sa mesure les familles d’enfants hospitalisés dans des situations sociales difficiles. La plupart du temps, ces familles sont identifiées par les assistantes sociales de l’hôpital. L’aide financière de l’association est sollicitée quasi quotidiennement par des demandes écrites.
De fait ces familles n’ont plus les moyens de faire face aux besoins du quotidien lorsque de surcroit un enfant a été hospitalisé et expriment un besoin a caractère urgent. Il s’agit de permettre aux parents de s’acheter un billet de transport en commun pour voir un enfant au CHU de Hautepierre ou simplement de faire garder un frère ou une soeur pour la durée de la visite.

C’est à l’occasion de l’Assemblée générale du mois de juin 2010 que Simone et Anne-Marie, assistantes sociales de l’hôpital de Hautepierre en services de pédiatrie ont témoigné leur intérêt pour l’action de l’assos.
Il s’agit par exemple du soutien aux enfants atteints de cancers nécessitant des hospitalisations très longues et dont les domiciles sont à grande distance jusqu’à l’extérieur du département. Fréquemment un parent est amené à suspendre son activité professionnelle pour se rendre le plus souvent possible auprès de son enfant.
D’autres types d’aides sont bien-sûr aussi sollicités mais ne sont pas de l’ordre de l’urgence comme les caisses primaires. Cependant il n’est pas facile d’attendre 3 semaines pour obtenir une aide. Des Mutuelles prennent parfois en charge certaines dépenses mais jamais pour des frais de garde de fratrie, dits frais d’accompagnement. C’est donc aussi pour des frais de déplacements ou des gardes de fratries
Dans le service de néonatologie qui accueille les très grands prématurés de tout l’Est de la France. Ces naissances souvent inattendues laissent les parents désorganisés et nécessitent des hospitalisations bouleversant le rythme des parents. Dans ce cas aussi des frais de transports ou de gardes.
Une intervention en faveur d’un enfant polyhandicapé fille d’une mère invalide et très souvent hospitalisée a permis les premiers retours à domicile. Après avoir démontré ces possibilités de retour, d’autres financeurs ont pris le relais et augmentent considérablement la qualité de vie de cet enfant.
Il arrive que les maladies qui atteignent les parents et laissent les enfants dans la souffrance. L’association a aussi aidé financièrement la réalisation du rêve d’une jeune fille en fin de vie et à qui consistait à partir voyager au soleil. Cette enfant s’éteint progressivement ces jours-ci.
La liste des exemples s’allonge
–          aide à une maman en panne d’électroménager fournie dans l’urgence
–          achat de matériel d’agrément pour l’hôpital: lève-personne pour des personnes poly-handicapées ou des paravents pour un service dédié à des personnes en fin de vie.

• L’association soutient différentes initiatives , en particulier l’action de Jean-Marie Lang de soutien aux malades du VIH.

Ci-joint  une lettre du 30 juin 2008 d’une cadre sup socio éducatif (assistante sociale de l’hôpital)


Je me permets de vous rappeler dans ce message combien l’aide et le soutien financiers apportés par l’aumônerie catholique de Hautepierre aux usagers précaires du service social des malades des HUS aura été une fois encore précieuse et efficace.

En effet, de l’avis unanime des professionnels du service, les phénomènes de précarisation se sont encore poursuivis en cours d’année pour bon nombre de patients et de familles. Nos chiffres en témoignent et mettent en évidence une augmentation importante des difficultés sociales, un cumul des problématiques rencontré sur fond de chronicité, un nombre important d’usagers vivants dans la rue, dans l’errance ou dans des hébergements très précaires… Ainsi par exemple, plus de 1400 patients, adultes et enfants ont bénéficié de secours financiers et/ou d’aides alimentaires ; ponctuellement ou régulièrement, dont une grande partie émane de votre association. Ces aides exceptionnelles souvent sollicitées en urgence permettent de répondre à des besoins de base : alimentation, laits bébé, couches, transport au moment de la sortie, chaussures, cannes anglaises ou autre matériel … mais aussi par exemple à des frais d’accompagnement  lors d’hospitalisation d’enfants, au règlement de certaines factures susceptibles de fragiliser les personnes ou à des frais liés à des accompagnements de fin de vie.

Ces interventions très réactives ont permis incontestablement de débloquer certaines situations, en attendant l’instruction des dossiers d’aides légales dont la mise en œuvre est de plus en plus longue et complexe ou de venir en aide à des personnes n’ayant aucune aide

Nous vous en sommes collégialement très reconnaissants
Ci-joint  un lettre du 28 juin 2008 de Jean-Marie Lang de l’Association Sociale Alsace VIH
Je souhaite redire aux membres de l’association des Semeurs d’Etoiles ce que nous vous devons.
La grande précarité sociale est une non-assistance à personne en danger quand elle affecte des personnes atteintes d’une maladie mortelle et en ce qui nous concerne, de surcroit transmissible, voire contagieuse quand il existe une tuberculose. La précarité favorise la dissémination des agents infectieux.
Prendre des traitements lourds dans ces conditions comporte un risque énorme de mauvaise observance  aux traitements en question. Dans cette situation, inclure les exclus est le premier acte thérapeutique pour les personnes atteintes et le premier moyen pour lutter contre les épidémies.
Il faut du temps à nos assistantes sociales pour obtenir des droits d’accès aux soins. Dans l’intervalle il faut aider des personnes à survivre et à lutter contre leur maladie. Nous avons donc créé notre  » Association Sociale Alsace VIH  » avec ces petites aides financières auxquelles votre association participe fortement. Des dons certes mais aussi des prêts  (sans intérêt bien évidemment) et ¾ de ces prêts sont effectivement remboursés quand les droits sont acquis.
Les résultats sont patents : un taux élevé d’insertion avec le temps, une efficacité thérapeutique équivalente à celle observée chez des personnes bien insérée, et la dignité conservée ou retrouvée.
Votre apport à ce dispositif est majeur. La précarité ne diminue pas, les délais d’accès aux droits s’allongent. On a besoin, ils ont besoin de vous.
Dans Aumônerie, il y a aumône et hôpital à la même racine qu’hospitalité, ce sont des gestes d’une grande noblesse et d’une grande efficacité quand on lutte contre une pandémie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *