L’association des Amis de la bibliothèque municipale de Dettwiller a invité, à bon escient, Denis Ledogar. Chaque être humain est sacré.

Dettwiller 2 (1)

(Article DNA du 2 octobre 2013 )- Introduit par Jean-Paul Wantz, ancien maire, Denis Ledogar, qui s’est forgé une belle réputation, a encore rempli la salle du Hohgraben. Prêtre, infirmier-anesthésiste, aumônier et écrivain, -son livre La tendresse pour tout bagage fait référence- il travaille à l’hôpital de Strasbourg-Hautepierre, dans le service cancérologie qui dénombre en moyenne trois décès par jour.

Le courage des enfants

Il a d’abord parlé des enfants atteints d’un cancer, de leur acceptation de la maladie, leur discipline et leur logique. « Je suis toujours fasciné par le courage des enfants », déclare-t-il, mais il reste absolument décontenancé quant au « terrifiant silence de Dieu, Bon Dieu où es-tu ? » Denis Ledogar se met à l’écoute des enfants malades, accueille leurs questions en étant profondément humain. Ce n’est pas évident de rentrer en relation avec les enfants, car « l’enfant se construit à partir de l’imaginaire ». Et de narrer l’anecdote d’un enfant nouvellement baptisé : « J’ai aussi baptisé son doudou ! » Et il concède : « Dieu ne fait rien sans la main de l’homme ». « Perdre un enfant c’est la pire des choses, c’est l’abomination, pourquoi la souffrance de l’innocent ? » admet-il désarmé.

Read More →