Blog

Illkirch-graffenstaden : Les enfants d’abord

Parce que pour elle, il n’est rien de pire que la souffrance d’un enfant, Fériel Marin a décidé d’agir en créant l’association Pôle solidaire, au sein du Parc d’innovation. En cinq ans d’existence, elle a aidé à financer de nombreux projets. Elle est présente jusqu’à ce soir sur le marché de Noël solidaire.

polelsolidaire

© DNA

Faire quelque chose pour l’enfance en difficulté, elle y pensait depuis des années… Et puis un jour – ou plutôt une nuit, à 1 h du matin –, Fériel Marin a eu une idée. « C’est la configuration du Parc d’innovation  qui m’a inspirée. Il y a énormément d’entreprises ; nous nous côtoyons, mais nous ne nous connaissons pas assez », estime celle qui a organisé en 2009 le premier tournoi sportif interentreprises. Avec, déjà, l’idée de mettre sur pied « une journée ludique et solidaire au profit de l’enfance en difficulté ». De fédérer les uns, pour aider les autres.

Le secrétaire général du comité d’entreprise de Transgène, Claude Sene, la suit et lui ouvre des portes. L’adjointe aux sports d’Illkirch, Martine Castellon, fait de même. Quelque temps plus tard, Fériel Marin obtient l’appui de l’Ircos… Voilà pour la genèse.

Né courant 2009, le « Pôle solidaire » dont elle est présidente est soutenu par plusieurs entreprises. Transgène, Alcatel-Lucent, Polyplus, Thermo Fischer, Quintiles, CGI, Boiron… « Mais il y en a 150 sur place ; on pourrait faire bien mieux ! »

Chaque année en septembre, elle organise sur site – avec le soutien d’une centaine de bénévoles des différentes entreprises – une grande « Journée solidaire » (la 6e s’est tenue le 14 septembre) qui mêle animations sportives et ludiques. Et chaque année, les bénéfices sont reversés à des associations différentes. « Manger, partir en vacances, aller mieux quand on est malade… Le critère premier est que cela bénéficie à des enfants », insiste la présidente, qui dit avoir vécu « comme dans un rêve » les premiers succès. « En général, nous redistribuons 8 000 à 10 000 € », explique Fériel Marin. L’UNICEF, l’Arame, Thémis, les Restos du cœur bébé, La vie en marche, Semeurs d’étoiles, Mémoires de femmes… Impossible de lister tous les bénéficiaires.

Aujourd’hui, Fériel Marin voudrait faire boule de neige et exporter le concept vers d’autres rassemblements d’entreprises. « On me dit que c’est utopique, mais j’entendais la même chose quand j’ai lancé l’idée des Journées solidaires. Et ça fonctionne ! », explique-t-elle, rendant hommage aux bénévoles qui l’entourent, reconnaissant néanmoins qu’il est « très difficile de trouver du sponsoring ». « Mais pour moi, ce besoin d’aider les enfants est quelque chose de viscéral et je ne renoncerai pas », prévient-elle.

Pour la quatrième année consécutive, l’association Pôle solidaire tient un chalet sur le marché de Noël d’Illkirch, qui se poursuit aujourd’hui de 10 h 30 à 19 h. L’occasion d’acquérir bredele, confitures et autres décors faits maison… Cette année, les bénéfices seront reversés à deux associations : Vaincre la mucoviscidose et DLD Teen Hope (aide alimentaire aux élèves démunis d’une école sur l’île Maurice). Au nom du bonheur des enfants, toujours.

Source : DNA du 30 novembre 2014 

Plus de renseignement sur http://www.pole-solidaire.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation